L’usage de l’anthropologie biologique dans la connaissance des pratiques funéraires


Informations

Auteur(s)
 :  Réjane Roure Université Paul-Valéry Montpellier 3 / UMR5140-ASM
Henri Duday Archéologue, directeur de recherche au CNRS DRCE, équipe de recherche PACEA (UMR5199), Bordeaux
Thème  :  Conférences 2012-2013
Agora des Savoirs  :  Saison 4 : Usages des savoirs et des sciences RSS
Lieu  :  Centre Rabelais, Montpellier
Date  :  08 mai 2013
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

En partenariat avec le 37e colloque international de l’AFEAF

Au cours des dernières décennies, l’archéologie funéraire a été complètement rénovée : les considérations relatives à l’ostéologie humaine et à la dégradation organique ont replacé le cadavre au centre d’un discours qui au préalable, traitait avant tout de l’architecture des tombes et des mobiliers d’accompagnement. Les méthodes se sont ainsi rapprochées de celles de la Médecine légale. L’Ecole française, qui a joué un rôle primordial dans ce bouleversement, s’est notamment développée à partir de la fouille de sites languedociens ; elle a par ailleurs largement bénéficié de l’essor de l’archéologie préventive. Un accent particulier sera mis sur les acquis récents concernant les sépultures à crémation.


© 2006 - 2017 MSHSUD.TV