Approches génétiques dans la recherche sur le cancer : de la mouche à l’homme


Informations

Auteur(s)
 :  Stephen Baghdiguian Professeur de biologie cellulaire à l’Université Montpellier 2
Anne-Marie Martinez Professeur en génétique à la Faculté des sciences de l’Université Montpellier 2
Thème  :  Conférences 2012-2013
Agora des Savoirs  :  Saison 4 : Usages des savoirs et des sciences RSS
Lieu  :  Centre Rabelais, Montpellier
Date  :  10 avril 2013
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

À l’ère post-génomique, les séquences des génomes de nombreux organismes invertébrés et vertébrés sont accessibles à tous. Qu’avons-nous alors encore à apprendre de la génétique ? L’approche génétique reste en réalité un outil de choix dans le but d’étudier les mécanismes qui régissent la régulation de l’expression des génomes. Sa particularité est d’offrir une approche in vivo fonctionnelle intégrée. Un défaut de régulation du génome peut conduire à de nombreuses pathologies, dont le cancer. L’utilisation d’organismes modèles, tels que la mouche, le nématode ou bien le poisson zèbre, permet de réaliser des cribles génétiques dans le but d’identifier la fonction de gènes dits « suppresseurs de tumeurs » ou « oncogènes » dans un contexte physiologique mais également dérégulé.

Anne-Marie Martinez a participé, aux côtés de Simon Galas et Simon Descamps, à la rédaction du manuel Le Cycle cellulaire (De Boeck)


© 2006 - 2017 MSHSUD.TV