Fabriquer le vivant ? Ce que nous apprennent les sciences de la vie pour penser les défis de notre époque


Informations

Auteur(s)
 :  Pierre-Henri Gouyon Biologiste, professeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris et à Sciences Po Paris
Agnès Mignot Professeur à l’ISEM, Université Montpellier 2 CNRS
Thème  :  Conférences 2012-2013
Agora des Savoirs  :  Saison 4 : Usages des savoirs et des sciences RSS
Lieu  :  Centre Rabelais, Montpellier
Date  :  5 décembre 2012
Mots-clés  :  nanotechnologie     biodiversité     Dédale     transhumanisme     Progressisme     Monsanto     OGM    
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format SD - Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

Dans leurs laboratoires, des biologistes espèrent aujourd’hui pouvoir « fabriquer la vie ». Grâce aux formidables avancées des sciences et des techniques, nous disent-ils, « tout est possible ». Et pourtant, dans nos sociétés postmodernes, cette vieille croyance qui fondait l’idéologie du progrès, garant du bonheur à venir, apparaît définitivement obsolète : la fin de cette idéologie a accouché en Occident de la domination sans partage de l’individualisme, qui mine désormais profondément le lien social. Comment expliquer ce paradoxe entre la technoscience triomphante et la profonde crise des fondements de la pensée qui caractérise notre époque ?
En s’intéressant sérieusement aux défis philosophiques et scientifiques que soulèvent les récentes explorations des sciences du vivant, de la création de la vie en laboratoire aux recherches fondamentales en génétique. Car loin de se limiter au champ scientifique, le modèle organique permet de porter un autre regard, riche de surprises, sur les phénomènes sociaux.


© 2006 - 2017 MSHSUD.TV